Bienvenue à l’école de La Verville
4 place de l’école de la Verville
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Les classes > tous cycles de l’école primaire, de la maternelle au CM2 > Vivre ensemble - Education civique > Terre des enfants. > Historique et fonctionnement de l’association "Terre des enfants"

Historique et fonctionnement de l’association "Terre des enfants"

Mise à jour en septembre 2007

lundi 3 septembre 2007 par Association "Terre des enfants"

2Création à Saint-Cloud en 1978.2

Dans les années 70, Yves Péron, membre de l’association Terre des Hommes, lauréat du Prix International des Droits de l’Homme, prêtre et professeur de Français en Amérique du Sud, parcourt régulièrement les pays de ce continent. Ému par la misère qui règne dans tous ces pays, il décide d’agir. Avec l’aide d’amis vivant en France, il crée des « Terres », petites structures associatives type loi 1901, prenant en charge un village, un centre, une cantine ou une soupe populaire pour les financer et les faire vivre.

C’est en passant dans l’Alta Verapaz au Guatemala, qu’il rencontre les religieuses de la Congrégation des « Madres Desemparados » et décide de les aider à accueillir dans leurs bâtiments les enfants dénutris des environs de la ville de San Cristobal. Pour financer ce centre il demande à des amis de Saint-Cloud de créer une « Terre ». C’est ainsi qu’en février 1978 est née Terre des Enfants.

2Création de l’antenne de Mennecy en 1993.2

Cette année-là, Geneviève Viguier (l’actuelle présidente) assiste à une assemblée générale de Terre des Enfants à Saint-Cloud. Elle y constate le désarroi et l’inquiétude des membres du bureau qui ne savent plus comment relancer l’association. Elle propose d’ouvrir « une antenne » à Mennecy (91) et d’organiser un partenariat avec les écoles de cette commune. Pendant 10 ans, les deux associations fonctionneront ensemble et l’argent récupéré à Mennecy sera versé sur le compte de Saint-Cloud pour financer le centre nutritionnel Madre Petra de San Cristobal.

2
Fusion des deux associations en mars 2003.
2

En 2003, les dirigeants de Saint-Cloud veulent arrêter leur activité et trouver d’autres membres pour gérer le bureau. Aucune candidature n’est proposée pour prendre leur succession, mais il n’est évidemment pas question de cesser l’aide au centre. Il est donc décidé qu’une fusion aurait lieu et que Mennecy reprendrait la totalité des activités.

2Envoi des fonds au centre.2

Depuis l’origine, l’argent est expédié en dollars, de banque à banque chaque trimestre. Actuellement nous envoyons 1500 $ (la somme peut varier selon le cours des monnaies) ainsi qu’une prime à Pâques et à Noël.
L’association touche une subvention très faible de la mairie de Mennecy et fonctionne surtout par les dons, le produit des ventes de cartes dans les écoles et quelques manifestations où sont vendus des objets artisanaux reçus du Guatemala.

Il y a actuellement : 94 membres : 85 adhérents et 9 donateurs.

La cotisation de 5 € sert uniquement aux frais de fonctionnement incontournables : assurances, location de salles, timbres, etc. Le reste des frais de fonctionnement (papier, imprimerie, téléphone, distribution de courrier, etc.) est pris en charge par les membres du bureau (tous bénévoles) ou des adhérents volontaires. Le don est libre. La fidélité est souhaitée pour avoir chaque année le même budget à envoyer aux religieuses pour la gestion du centre.

2Communication2

Depuis la création de Terre des Enfants, chaque membre reçoit deux fois par an une lettre lui donnant les dernières nouvelles des enfants du centre et l’informant des actions de l’association, ainsi qu’une autre lettre accompagnant le compte rendu d’assemblée générale.
Souci d’économie maximum : le but de l’association étant d’envoyer un maximum d’argent aux enfants, tous les adhérents possédant un courriel reçoivent leurs informations par Internet d’où économie de papier, d’enveloppes et de timbres.

2But pédagogique.2

En accord avec les enseignants de certaines écoles de Mennecy, une présentation de l’association et une vente de cartes et d’objets artisanaux ont lieu chaque année. Des échanges de correspondance, de dessins ou d’objets (tee-shirts peints, casquettes, etc.) sont envoyés par les élèves de ces écoles aux enfants du centre.

2Objectif prioritaire : la nutrition.2

Environ 160 enfants viennent chaque jour prendre le repas de midi. De cette façon, ils sont assurés d’avoir un repas complet par jour. Ils sont accueillis par les religieuses et les employés civils du centre.
Certains enfants sont scolarisés (quand les familles y consentent). Ce nombre augmente chaque année grâce à la persuasion des religieuses qui essaient ainsi d’éviter au maximum le travail des enfants.

Ce n’est pas un orphelinat mais seulement un centre nutritionnel. Les enfants ont des familles et les rejoignent tous les soirs. Certains enfants sont accueillis dans un état de dénutrition très grave. Les religieuses les soignent et les remettent sur pieds. Nous recevons régulièrement des photos tout à fait édifiantes.

Depuis quelque temps, le juge de la ville voisine confie aux religieuses des enfants retirés à leur famille à la suite de jugements ou récupérés dans la rue, victimes de viols, incestes, prostitution, coups, etc. Ces enfants, majoritairement des filles, vivent à temps complet au centre et sont scolarisés.

En cas de problème particulier comme des travaux à faire à la suite d’une catastrophe naturelle (cyclone Mitch en 2005), un appel spécial est fait aux donateurs et ceux qui le désirent peuvent y participer. Les gros travaux réguliers sont assurés par la congrégation d’Espagne.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Bienvenue à l’école de La Verville (académie de Versailles)
Directeur de publication : IEN de Lisses